Ma chair

Lorsque de mon ventre, tu es sortie !
Quelle joie, j’ai reçu
Les douleurs ont disparues
Avec ton premier cri.
La chaleur de ton corps sur mon ventre
A rempli mon cœur
D’un immense bonheur
Tu étais si angélique
Tu étais magnifique
Je t’ai baptisé
Ma petite fée


Ma chair
Ton premier sourire dans mon âme
Restera
Ton premier rire dans mon cœur
Logera
Toi chair de ma chair
Tu étais si jeune, trop jeune encore
Quand cet homme en blouse blanche
Est venu m’annoncer
Qu’en toi vivait ce crabe !
La terreur des êtres
Ici bas

Ma chair
Je ne pouvais m’y résigner
Ne pouvant l’abattre
j’ai voulu me battre
Avec toi, et pour toi ma chair
Ce sale crabe n’a pas tardé
Déjà dans l’autre vie t’a emporté
A l’aube de tes vingt printemps


Ma chair
Aujourd’hui ma chair, de mon corps
Aujourd’hui ma fée, de mon cœur
L’amour d’une mère est si fort
Lorsque son enfant s’en va, cela fait peur
Tu me laisses un énorme vide
Je t’ai donné la vie
Le tout puissant te l’a repris
Je regarde ce cadre d’or
Lui seul me laisse le droit de t’admirer
Encore

Ma chair
Ce soir les yeux rougis
Je te dis
Au revoir ! Pas adieu !
Un jour dans les cieux
Ensemble nous serons de nouveau
Ce soir je te dis, avant que tu montes là haut
Je ne cesserai de t’aimer
Ma chair, ma fée
Ma fille, mon enfant

Macha-Chantal
4 mars 2003