Ma révolte

Je la pensais en moi éteinte
Je me croyais, dites tolérante
Ce n’était qu’une façade peinte.
En moi, elle n’est qu’une source d’eau bouillante.

Pourquoi sa réapparition soudaine?
Je croyais effacer en moi toute haine
Afin de pouvoir, repousser une vie malsaine !
Eviter qu’elle ne se transforme, en pelote de laine.

Soudain, je me fais peur
Pourtant, il n’est pas noir mon cœur
Je veux distribuer encore du bonheur
Mon âme n’est que torpeur !

A ma porte frappe peut-être l hivers !
Celui qui m’envoie une vague de tristesse
Il est tellement rempli de finesse
Je ne veux ressembler à une tigresse.

Ma révolte, je veux la brûler
Faire avec un feu de cheminée !
Mon cœur, mon corps doivent-ils encore saigner ?
Pour à jamais, cette révolte soit effacer !

J’ai au fond de mon puits, une vive douleur
Je ne veux cautionner cette excuse
Que dois-je faire pour qu’enfin, je purge
Une dure et inoubliable aventure !

Macha-chantal
27 octobre 2003