Mes mains

Sur vous mon regard je pose
Lorsque chaque jour je vous impose
Mille et une chose
Désespérées, vous m’implorez une pause.

 

Oh mes mains si précieuses !
Bien que maladroites, anxieuses !
Face à un objet, vous êtes devenues désastreuses
A mes yeux, vous vous présentez miséricordieuses.

 

Combien de fois, vous êtes surprises
De cette maladresse qui vous envahie !
Par ce mal qui vous fait tant souffrir
Ensemble, nous devons réapprendre à vivre.

 

Devant mon cerveau vous boudez
Quand sur mon clavier vous ricochez !
Que mes lettres vous intervertissez !
Que dire ?
Vous faites de vos doigts, mes tendres messagers !

 

Macha-chantal
23 octobre 2003