Renaissance


Il y a peu de temps j'écrivais, la rose noire
Je crois que je m'identifie à elle avec espoir
Je ne cherche pas de lointain jour de gloire
A chaque instant de ma vie je chasse le cafard.

Je plonge dans les pétales de la rose, je m'y fonds
A l'intérieur de son coeur, je tiens une oraison
Je veux simplement démontrer avec ostentation
Que je rêve de cette fleur et de notre douce fusion!

Certes sa tige est plus fière que mon être fatigué
J'ai trouvé d'immenses bras qui veulent m'enlacer
Mais je ne veux plus me battre contre vent et marée
Je recherche la formule qui puisse me transformer.

Ce sont ses feuilles ciselées qui seront mes habits
Sur elle glisseront délicatement ma mélancolie
Je fermerai les oreilles pour éviter tout ce bruit
Et dans ce coeur abrité, je composerai ma vie.

La magie de l'instant me tient debout sans vase
Mes idées s'emmêlent, sans faire pour table rase
Les années passées ressemblent à de pauvres cases
Cette rose pour moi est une toute nouvelle phase.

La douleur, la peur, la tristesse se heurtent aux épines
Je compte vraiment croquer dans ce jour que je peaufine
Je déverse de la tendresse sur mon corps, qui s'illumine
Je suis moi, je suis elle, rien dans l'instant ne me chagrine.

16/09/2003